Joan Ott

Romans et textes de théâtre 

Joan Ott vit à Strasbourg. Romancière, dramaturge, parolière, metteur en scène, comédienne et chanteuse, elle dirige la Compagnie de théâtre La Dorée. À ce jour, elle a publié dix-huit ouvrages dont cinq ont fait l’objet d’une adaptation scénique.

Première parution 2019

Le fleuve et autres histoires de presqu’amour : trente nouvelles et histoires courtes qui se déroulent à des époques et en des lieux réels, possibles, improbables, ou parfaitement imaginaires. Les protagonistes en sont tour à tour des humains, des dieux, un robot, des  compagnons à quatre pattes…

Comme le titre le laisse entendre, le thème commun à ces minuscules tranches de vie est l’amour sous toutes ses formes, le plus souvent - et pour mille et une raisons - quelque peu contrarié ou inabouti.

Comme la règle l’impose, les nouvelles se terminent par une chute inattendue ; les autres textes sont ce qu’il est convenu d’appeler des histoires dont la lecture saura vous procurer du plaisir les dimanches de grisaille ou le soir avant de vous endormir…

 

Première parution 2018

- Dis-le !

- On s’aime…

- Jusqu’à quand ?

- Jusqu’à… jusqu’à la fin des temps.

Et comme la formule leur parut à tous deux follement exagérée et par là même on ne peut plus juste, ils éclatèrent d’un rire sonore qui les fit se tordre sur leur banc. Après quoi elle ouvrit un nouveau sachet de mayonnaise qu’ils partagèrent dans un baiser parfumé.

 

Cela pourrait s’égrener ainsi, page après page : une belle histoire d’amour. Mais non. Parce que Claire ne va pas si bien que ça. Parce que Jean a eu un père dont l’image floue, telle un puzzle, va se reconstruire peu à peu. Parce que la vie est ce qu’elle est et qu’on n’y peut rien changer. Rien, vraiment ?

 

Première parution 2017

Dès qu'elle ouvre les yeux, l'enfant se sent envahie par un bonheur immense, bonheur tout simple mais intense, bonheur de vivre, bonheur lisse et plein comme un œuf, inaltérable et parfait qui ne la quitte jamais. Du réveil au coucher, en toute saison, par tous les temps, quoi qu'il arrive, et jusque dans ses rêves, elle est heureuse, et joyeuse aussi, toujours prête à rire et pleine d'entrain. « C'est une bonne nature, dit sa grand-mère en hochant la tête : ma Margot, elle tient de moi ! »

Devenue femme, histoire de ne pas se dédire, elle se voudra joyeuse encore, malgré les épreuves qui ne lui seront pa épargnées.

Puis elle vieillira. Tout le monde vieillit. Bientôt, elle sera moins belle, moins alerte. Elle comptera ses rides, ses premiers cheveux blancs. Elle acceptera : on naît, on meurt. Entre les deux, on vit.

Margot Gioia, une histoire de vie simple et sensible, comme il en est tant.

 

Première parution 2017

Cinquante années de silence, ça vous forge une habitude, et même si je devais perdre toute ma raison, je préférerais me couper la langue plutôt que de laisser échapper un seul mot qui mettrait en péril l’arrangement honnête qui fut celui de nos trois vies. Jamais nous n’avons rien dit, ni moi, ni lui. Et Françoise non plus. Une fois pour toutes il est entendu qu’elle ne sait rien, qu’elle n’a jamais rien su. C’est ainsi et c’est très bien. Elle était la femme de Georges. Et elle était ma seule amie. À notre manière, tous les trois, nous nous sommes aimés. Et tant pis pour ceux que notre histoire scandaliserait. Mais qui donc scandaliserait-elle, puisque personne n’en saura jamais rien...

Avec sensibilité et humour dans la solitude qui désormais est la sienne, bribe après bribe, Marie se raconte, vite, vite, avant que ce qui grignote sa cervelle n’avale à jamais son amont. Au fil des pages, le puzzle se construit. À la fin, c’est l’histoire de toute une vie.

 

Ce roman a été finaliste au Prix du Roman en ligne en 2010

 

Première parution 2016

Charles est enfant unique, choyé par sa mère divorcée : amour fusionnel, disent les psys. À l’école et au collège, il est le souffre douleur de ses camarades de classe. 

Adolescent, il se laisse entraîner à boire, à fumer, et pas que du tabac.

Trois mois avant le bac, il déserte le lycée.

Amoureux de Sara - 15 ans, élève modèle - il découvre un monde nouveau, celui du quartier multi ethnique où elle vit. Là, il se fait des copains, comme lui déscolarisés.

Les deux adolescents sauront-ils trouver leur voie ?

 

Première parution 2016

Lorsque la Terre n’a plus été en mesure d’abriter la vie, les plus chanceux ont trouvé refuge sur TriSol, la planète aux trois soleils où, après un millénaire de bonheur sans nuages, tout s’est détraqué une fois de plus.

Après l’hécatombe, les rares survivants sont les habitants de Réhé, l’île unique de TriSol, et les quelques rescapés qui, après avoir fui TriCap, la capitale, ont trouvé refuge dans la jungle. Sauront-ils faire renaître leur planète meurtrie ?

Entre science-fiction et fable futuriste, c’est avec humour que Trinascimento nous invite à réfléchir sur ce qui fait de nous des humains.

Trinascimento est la suite de Trisol, récompensé par le prix SF 2013 des Editions Upblisher.

 

Première parution 2015

Une fille, un garçon : pas de quoi faire un roman, ni même une chanson.

Mais si le beau brun était analphabète ?

Et si la jolie rousse, sous ses airs si sûre d’elle, était au fond bien mal dans sa peau ?

Et si la ville qui abrite leurs amours, si le pays, le continent, le monde tout entiers sombraient dans une crise sans précédent ?

Alors, il y aurait sans doute là de quoi faire une chanson. Et qui sait, peut-être même un roman ?

Première parution 2014

Georgette, 85 ans, vit seule à Mulhouse. Elle comble le vide tant bien que mal à force de bière, de chocolat, de romans-photos et d’autres plaisirs moins avouables. Obéissant à une impulsion aussi soudaine qu’inexplicable, elle prend le train pour Paris, où elle retrouve le parfum du métropolitain. Dans sa chambre d’hôtel, elle revoit son enfance parisienne, sa liaison éphémère avec un soldat allemand en 44, son mariage raté en Alsace…

L’occasion de faire le bilan d’une vie.

 
 

Première parution 2013

TriSol, un monde parfait. Chacun y connaît sa place, chacun s’attèle à sa tâche avec l’abnégation de ceux qui ne doutent jamais. Les scripteurs écrivent, les votants votent, les servants servent les enfants rois qui deviendront des servants eux-mêmes. Comme le songe Barnabé, le scripteur « Notre monde est tout de même bien fait ».

Réfugiés d’une Terre épuisée, les TriSoliens s’appliquent à éviter les travers qui ont conduit leurs ancêtres à la perte de la planète Mère. Un régime de castes parfaitement accepté apaise les tourments de l’ambition et du désir. La perpétuation de l’espèce est préférée aux aléas d’une reproduction non maîtrisée. Les machines assurent pour tous une production de denrées alimentaires en quantité suffisante.

Les années s’étirent sans heurt sous la direction des vénérables et de la Mâcheuse Sacrée, jusqu’au jour où…

Gagnant du Concours UPblisher 2013, catégorie Science-Fiction. 

 

Première parution 2012

Lucie, « demi-orpheline » comme l’appellent ses camarades, est élevée en Alsace par ses grands-parents. Une présence qui, au quotidien, permet de combler le vide, de dédramatiser le sentiment d’abandon de cette fillette, laissée par une mère très malade et un père mort trop tôt.

Une phrase malheureuse, ancrée dans sa mémoire, se transforme peu à peu en vérité universelle : «  Les hommes abandonnent les femmes ». Comment s’aimer dès lors ? Comment aimer autrui, se construire et s’autoriser à aimer un homme ? Le mariage, la vie de famille, le bonheur, réussir sa vie sont-ils possibles ? Autant de questions auxquelles Lucie ne trouvera les réponses qu’au fil d’introspections ou dans le quotidien fait d’anecdotes amusantes et rassurantes.

Ce roman a été récompensé par le Prix du Roman de l’éditeur en 2012

 

Première parution 2011

Inséparables ? Non. Mais Thérèse ne sait pas comment quitter ce pervers narcissique qui lui fait vivre un enfer. Maurice n’est pas un ange, loin de là. Jaloux maladif et possessif, il s’accroche à cette femme qu’il pousse à bout. Alors pourquoi ne le quitte-t-elle pas? Plus facile à dire qu’à faire. Pourtant, Thérèse finit par se rendre compte que Maurice n’est vraiment pas là pour la soutenir dans son combat contre le cancer. L’amour rend aveugle, mais la maladie finira-t-elle par lui rendre la vue ?

 

Ce roman a été finaliste du Prix du Roman en ligne 2011

 

Première parution 2010

Qui n'a jamais rêvé d'une société où tout le monde est heureux ? Dans le nouveau système planétaire, les clones fournissent des organes qui prolongent l'existence et le bonheur est devenu obligatoire. Colombe Almaviva, soixante-cinq ans, est privée d'une greffe du coeur indispensable à sa survie. Fidèle collaboratrice du système, elle découvre que tous ses organes clones ont été secrètement rétrocyclés. En apparence libres et heureux, Colombe et sa famille comprennent progressivement que le gouvernement manipule leurs existences.

 

Première parution 2008

Marielle vit ses dernières heures, entourée de ceux qui l’ont aimée. Ils se souviennent…

 

Première parution 2007

Au mieux, il sera facteur. C'est ce qu'ils disent tous. Tous ils le disent, même Maman. Surtout Maman. 

Mais Maman aime Jean-Claude, et Jean-Claude aime Maman.  Alors, pour lui faire plaisir, et peut-être aussi un peu pour avoir la paix, le cancre va se muer en étudiant doué, puis en jeune magistrat promis au plus bel avenir. Et qui aime les femmes. Toutes les femmes. Mais oui, il les aime. Tout comme il a aimé Maman. 

A l’âge mûr, le bilan n’est pas mauvais : Il n’a jamais fait de mal. Du bien ? Pas davantage…

Ne pas faire de mal, ce n’est pas mal, c’est même plutôt bien. Seulement voilà : ça ne suffit peut-être pas…

 

Première parution 2007

Ça commencerait comme un conte de fées, un peu bébête, un peu fleur bleue. Oui mais voilà, le bonheur n’a qu’un temps.

À dix-sept ans, Bertrand l’Alsacien a su choisir « le bon côté ». Il devient Billy à la libération. Il rencontre Mathilde, qu’il s’empresse de rebaptiser Minnie. Après de longues fiançailles, ils de marient. Tout de suite, elle est enceinte. Quatre mois de bonheur. Quatre tout petits mois seulement, après lesquels elle ne sera plus que sa veuve. Mais une veuve qui ne cessera de la harceler pendant plus de cinquante ans…

 

Première parution 2004

Peut-on refaire sa vie avec une femme qui ne possède pas une once de fibre maternelle, quand on a trois enfants à demeure que leur mère semble vouloir oublier ?

Peut-on refaire sa vie avec le père de trois enfants, quand on n’a jamais éprouvé le moindre désir d’être mère ?

Non, n’est-ce pas ?

C’est pourtant que qu’ils vont tenter…

 

Première parution 2003

Elle avait dit : Je voudrais aller là-bas. Je voudrais être là-bas le 31 décembre, avec les gens de là-bas, tous les gens de là-bas, et avec les gens venus de partout, avec tous ceux qui seront venus voir cela, un mur qui tombe. 

Dans le silence des mots d’amour rassemble onze nouvelles.

Leur fil rouge ? Léonie-Jean, peut-être.

Leur thème ? Ces petites choses, ces détails minuscules que d’ordinaire, on garde pour soi.

 

Première parution 2002

Si elle avait compté quatre au lieu de trois …

S’il n’avait pas pris la fuite devant cette belle rousse …

S’il avait lâché son père, ce jour-là, sur le toit …

Si elle avait, ne serait-ce qu’une seule fois, ouvert ses cartons …

Si elle n’avait pas donné rendez-vous à son fils sur ce quai …

Si elle avait eu un porte-jarretelles rouge, ce jour-là …

S’il avait fait mine de ne pas la reconnaître, dans cette librairie …

Si elle avait résisté à ce stupide désir de faire du théâtre …

S’il ne l’avait pas vue nue, dans ce sauna …

Si …

 

Avec des « si » on referait le monde …

 

Petites choses minuscules, insignifiantes, à peine perceptibles au moment où elles adviennent, les occasions manquées peuvent parfois changer le cours de toute une vie. 

 

Première parution 2002

Les douze personnages de cette saga ont en commun bien des souvenirs. L’un d’entre eux en particulier, la mort de Jean – devenu John après la libération – renforce les liens qui unissent les membres de cette famille et donne son titre au recueil.

11 novembre 53  nous offre un voyage dans le temps, depuis 1870 jusqu’à nos jours, dans cette Alsace tantôt française tantôt allemande, toujours présente, même si, comme la disparition tragique autant qu’intempestive de John, cette Alsace tiraillée et meurtrie n’est le plus souvent qu’évoquée.

 

CONTACT

Joan Ott

10 rue des Orphelins

67000 Strasbourg

© 2018. Proudly powered by Wix.com

  • Grey Facebook Icon